PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

Lettre Fictive de Samuel Eto'o

MON DECALOGUE PRIVE

     Chers Papas, chères Mamans, Frères et Sœurs Camerounais(e)s,

Le 10 mai 1957, des patriotes camerounais – réunis à Yaoundé, bien longtemps avant ma naissance, et ce, dans le cadre de l’Assemblée législative du Cameroun, en abrégé, Alcam – dotaient, en grande exclusivité planétaire, la Terre de nos Ancêtres de ses attributs de la souveraineté nationale : notre Drapeau (vert-rouge-jaune); notre Hymne (ô Cameroun, berceau de nos ancêtres); et surtout, notre Devise (Paix – Travail – Patrie), sur laquelle, je reviendrai plus loin!
En toute honnêteté, la plus harmonieuse1 des Devises des pays des Nations unies!
En l’occurrence, la plus appropriée, en matière de construction sereine de tout Etat nation. Qu’avons-nous par la suite réservé à l’«An 50» dudit Etat, fulgurant et glorieux instant, ce «2007»! Unique, en son genre! Exclusive occasion à nous offerte, de révérer la pertinence de nos Ancêtres: de notreNationalité, il y a de cela quatre (4) ans aujourd’hui?
Ce «10 mai 2007», sacré jeudi! Que nous aurons… banalisé! Froidement vilipendé! Carrément piétiné! Le compteur de la tendre République, par la force des choses, indiquant clairement cependant l’implacable «Jubilé» de « la tombe où dorment nos pères»!
Et les sages piliers – Epc, Eec, Pcc, Alucam, Club de golf, Ue, Manu Dibango, Caf – d’hurler, à défaut de mieux, leur «pauvre joie» sur le toit républicain, en fêtant, autant qu’ils le pouvaient, leur propre… cinquantenaire, ce 2007!
Véritable «gifle sonore», assenée au… Cinquantenaire officiel, délibérément, sinon, bêtement inscrit aux abonnés absents par les autorités en poste!
Oh! Je vois déjà certains sourires, suffisamment remontés, surpris, à tout le moins, par mes accents, inattendus! Eux qui dressent en effet l’oreille, en se disant, «ça y est! Samuel Eto’o fonce en politique!».
Et qui, de facto, me rétorquent, un tantinet condescendant, de «rester illico à mes oignons actuels des stades et/ou du ballon rond!». Qui, promptement font écho à l’adage consacré: «la politique aux politiciens, le football aux footballeurs!», et toc! (G. Weah, où es-tu?)...
Revenons vite et sans blague, et ce, balle au pied, à ce football–là, pour relever promptement l’autre date ci-après : le 10 mars 1980 (lundi). Aucun match inter-nation, ce jour-là, en toute probabilité! Et pour ceux d’entre-vous qui s’intéressent, sur le net ou ailleurs, ils savent bien que c’est la date de naissance du «Fils de Papa David et de Mama Nylon», certaine «cymbale de Songmbengué», site de notre prochain gigantesque barrage hydroélectrique de… 1.000 MW! Appelé à surclasser les 400 MW de Songloulou, l’actuel chef-lieu du même arrondissement industriel de Massok…
Cela étant, l’ordre chronologique de ce qui ponctuera les premiers jours de votre bébé «pichichi» indique qu’il avait exactement et tour à tour :
- deux (2) ans et quatre (4) mois, lorsque le Cameroun de Milla, de Bell, d’Abéga et autres, participait, invaincu, à notre toute première Coupe du monde, ce mois de juin 1982 à Vigo, España;
- deux (2) ans et huit (8) mois, ce 06 novembre 1982, politiquement consacré! Ayant vu l’avènement de SE Paul Biya, à 49 ans, au pouvoir à Yaoundé (Cmr)…
Les deux (2) jalons précités vous permettent, j’espère, de mesurer, assez exactement, tout aussi franchement, le chemin parcouru, au propre et au figuré! Et ce, jusqu’à mon présent numéro… «99»! Qu’il a plu au Très haut de me permettre d’arborer ce mois d’août 2011! Sous les sympathiques couleurs d’Anzhi Makachkala de pays asiatique : la Russie, pour ne pas la nommer. Alors même qu’un Député de chez-nous réclamait, hystérique, je ne sais trop pourquoi, le «retrait de mon précieux brassard»! Aïe!
(Dites à l’Honorable tout de suite qu’il mérite mes excuses – et…«je le verrai!»)…
Souvenirs! Souvenirs! Une chanson, qu’à l’école primaire, il m’arrivait assez souvent de fredonner!
En voici l’un des fragments qui, véritablement, m’aura, pour ainsi dire, profondément marqué : «lorsqu’on est jeune, l’on danse et l’on rit, l’on rêve de grands exploits!». Any comment ?...
Autre souvenir! La mémorable tête…plongeante d’Omam! Un certain 08 juin 1990! Le monde, dira l’Histoire, en eût le souffle coupé! Et le Cameroun des jeunes Mbouh Mbouh Emile, Omam Biyick, Stephen Tataw – pour ne citer que trois (3) de mes illustres prédécesseurs à ce brassard des Indomptables – de terrasser l’Argentine, championne en titre, de Diego Maradona! En match d’ouverture du mémorable «Eté italien» : le «Mondiale 90».
Je n’avais alors que… 10 ans, en ce jour consacré!
Puis, vingt et un (21) ans plus tard, me voici donc en Russie!
Effectivement rendu au pinacle planétaire des salaires de footballeurs! Après avoir slalomé, de Barcelone à Milan, transférant dans ma sacoche, d’ici à là, ce même Trophée de l’European Champions league, n’est-ce pas, mon cher ex-entraineur Guardiola du Barça? (Sans avoir cependant une seule fois arraché les faveurs du Ballon d’or occidental, mais, passons)!...
Noir souvenir enfin. Le décès, en direct du stade Gerland de Lyon (France), de mon coéquipier, Marc Vivien Foé, ce 26 juin 2003!...
De ses obsèques, en mondovision, à Yaoundé :
Quelle vive émotion de stade et/ou d’équipe!!
Pinacle des salaires, revenons-y si vous voulez, pour nous rendre compte de l’élasticité avérée de ladite cagnotte qui, il y a 28 ans de cela, en 1983, plafonnait encore à la symbolique «broutille» de vingt sept (27) millions cfa, pour le légendaire Diego Armando Maradona, partant de son pays pour Napoli (Italia).
Moins de trois (3) décennies plus tard, qu’un Camerounais, un des vôtres, chers Papas, chères Mamans, Frères et Sœurs, advienne en date, à dire oui à «l’Appel du peuple» — tome unique — en plafonnant au toit salarial du football mondial, n’est-ce vraiment pas la… Coupe du monde-là que je pourrais, may be, ne… jamais vous ramener ici? Non mais, parlons vraiment bas : est-ce que c’est banalisable? Est-ce en effet facile ou du tout ordinaire?...
Je me recommande, à cet effet, vivement à vos ferventes prières, individuelles et/ou collectives, en ce moment pathétique où j’arbore le numéro «99» de l’opulence… matérielle, certes, aussi loin du Mboa! Que vous soyez chrétien, musulman ou juif!
J’implore, en ce moment précis, que vous acceptiez de m’accorder individuellement vos précieuses bénédictions! Et ce, afin que le vertige, inhérent à une telle abondance, prospérité aussi rapide, ne m’avilisse en me conférant certaine odieuse… grosse tête! Me faisant alors émarger à certain piteux caniveau de l’orgueil humain, source du mépris de l’autre; du nombrilisme suffocant; de l’insouciance caractérisée!
En un mot, du manque de discernement en ma route cahoteuse, c’est-à-dire, mon cheminement terrestre de mortel, afin qu’effectivement je me consacre, honnêtement et essentiellement, à l’accomplissement de mes dix (10) commandements ci-après, (vous comprendrez la symbolique), de ma Charte que je vous fais d’emblée découvrir : 1. « Servir le long du chemin de la vie; 2. Accomplir chaque jour au moins un acte bienveillant; 3. Réconforter, lorsqu’il le faut, d’un sourire ou d’un chant; 4. Secourir quelqu’un dans la détresse; 5. Rendre autant que possible tel fardeau moins lourd; 6. Répandre plus de bonheur autour de moi et plus loin; 7. Aider quelqu’un qui se trouve effectivement dans le besoin; 8. Donner un meilleur départ dans la vie, autant que je le peux; 9. Nourrir le cœur affamé qui se présente à moi; 10. Semer la graine utile, sans imposer ma silhouette ni briguer les honneurs...
J’ai cru devoir vous dévoiler cet «idéal» que je me propose simplement de cultiver quotidiennement : ma nouvelle vie de… fourmi — le plus petit de tous! Aussi efficace qu’effacé — cf. courant électrique!
Je n’ai jamais eu de bourse de quelque Gouvernement qui soit, vous le savez plus que bien! Aussi, ai-je le droit de m’insurger, ouvertement, à partir de ce moment, contre ceux qui, ayant à l’époque reçu le généreux soutien de notre Etat, s’accrochent visiblement et désespérément à leurs congés au bout du monde: aux avantages de toute nature; voire, en piochant inconsidérément dans les caisses dudit Etat, tout en refusant, de façon inexplicable, d’en célébrer le Jubilé.
Pourquoi, ma foi, je deviens «fourmi»?
En conformité, pure et simple, avec notre Devise précitée: «Paix-Travail-Patrie». Le «principe actif» dudit triptyque n’étant autre que le «Travail», son deuxième facteur.
En l’occurrence, le «travail des fourmis», expression universellement consacrée!...
Cessons en effet de patrouiller paresseusement, comme des lions féroces, à la recherche des… «crevettes» à dévorer, d’emblée disposées en tas!
1er janvier! 10 mai! 1er mai (Travail)! 10 mars! 1000 MW! Le secret de ma Charte précitée? : le 1!
Apprenons, sur ces entrefaites, à reconnaître nos limites, sans orgueil, ni faux fuyant, à promouvoir l’intelligence; à vénérer nos Jalons inattaquables. Révérons nos valeurs locales…
A bas le narcissisme !
- Sauvons bravement la tendre République!

          (01/09/2011)

Daniel Boo           


  1. Paix : environnement de base sine qua non. Travail : mission unique de l’Homme sur la Terre. Patrie : espace territorial extensible à l’Afrique ou au monde.
*Document-fiction — rayez les mentions erronées.      




Archive

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.