PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

LONGEVITE AU POUVOIR

CRITERE DEGRESSIF D’EFFICACITE

08 janvier 2015 (jeudi). La «créature» de quelqu’un, Jfn, à nouveau montée au filet! Son avant — dernière sortie du genre, convient-il de rappeler, datée du 27 novembre 2012 (mardi), en les mêmes colonnes du gqn (grand quotidien national), page 12, du numéro 10.229/6.430 de Ct (Cameroon Tribune), sous le titre suggestif ci-après : «Franck Biya a choisi un itinéraire admirable».
La «créature», et non moins, poète de Chantoux, en train de mouiller le maillot : s’activant à «laver» le fils de son «créateur», alors empêtré dans tel deal, assez peu orthodoxe, au niveau de la Camtel (Cameroon Telecommunications), relatif à des titres de créance soupçonnés porteurs de massifs détournements de fonds.
Membre du bureau politique du Radepeucam, doublé de secrétaire à la communication : Jfn, signature de première heure dudit gqn – préféré à l’instant aux pages pourtant disponibles de ‘l’Action’, organe officiel de son parti! (Tricherie, ô, duperie, jusqu’où nous mèneras une telle insatiété, hô! des flammes aussi merdeuses de Léviathan, en train de tout ravager sur leur passage?).
Deux (2) étranges avocats, Amougou Belinga, suivi de Jfn, pour le fils de cet illustre Papa, en ces colonnes, d’emblée privatisées. (Motus et bouche cousue du concerné lui-même — totalement aphone!).
En conclusion de la «plaidoirie» de Jfn, la phrase oblique ci-après qui, de facto, nous fit... dresser l’oreille : «au Rdpc, tel est notre credo : que chacun se mette résolument au Travail, dans la Paix et l’amour pour la Patrie. Seul le peuple camerounais, souverain et maître de son Destin, choisira librement le successeur du Président Biya, quand l’Histoire décidera (enfin) de sortir de son épais silence. Laissons donc M. Franck Biya tranquille. Il ne demande qu’à travailler dans la paix et l’amour de la Patrie comme tout citoyen camerounais».
- Jfn, mais alors, quelle filouterie intellectuelle, opérée à ciel ouvert?, nous insurgeâmes-nous promptement, quelques jours plus tard, en les colonnes du ‘Jour’, par la question ci-après, posée à ce vieil ami : «quelle migration, bon sang, depuis quand Radepeucam connaît-il ‘Paix-Travail-Patrie’ (Ptp), la Devise consacrée de l’Etat du Cameroun, filigrane remarquée de votre conclusion, en vigueur depuis le 10 mai 1957 (cf. mémorables assises de l’Alcam (Assemblée législative du Cameroun)), c’est-à-dire, de 28 ans l’aînée dudit Radepeucam?».
- ’Unité-Progrès-Démo(n)cratie’, Upd, Hihihi, ma foi! N’est-ce pas l’omniprésent, le facétieux fanion, plus que connu de tous, en banderole élargie, fermement postée à l’ouverture des innombrables carrés de... Goliath, pour ne pas vous nommer, d’office programmé à toutes les queues des ‘vin-mets’ politiques?
- Dites toujours, depuis quand auriez vous changé et l’en-tête bilingue, et les inscriptions sur pagnes et/ou gadgets?, muté les lettres d’or qui scintillent tant en les couloirs fort fréquentés du palais des congrès, éloquence établie de votre attachement à ’Upd’, la plus confuse, alambiquée même, des trilogies usitées en ce monde; son ombrage aussi avilissant, on ne peut plus malsain, à ‘Ptp’, le meilleur, ce dernier, des choix étatiques possibles, historique!, hautement inspiré!, appelé à faire date!, opéré par le génie créateur, actif et bienveillant, de nos vénérables Ancêtres, réunis cet inoubliable 10 mai 1957, ces derniers qui, de facto ont brigué la douce et tant recherchée Immortalité?
Y a-t-il bien, en ce monde, de Trilogie plus cohérente, arborée par tel Etat connu de l’Onu, en résonance aussi futuriste avec les missions régaliennes de paix de l’auguste Organisation dont le Cameroun se trouve être la pupille?
Réagissant audit article de Jfn, nous avions alors cru devoir indexer ce ‘gouvernement’ à pavillon ‘Upd’, au grand complet, depuis des lustres! In residence, à l’heure actuelle, au sein de la 11ème région nationale de... Kondengui! En proposant à Jfn la «chute» ci-après, la plus indiquée, à notre sens, en lieu et place de son «chef-d’œuvre»-là, appendice éhonté de la falsification : «au Radepeucam, coopérative des... malfaiteurs, tel est notre vrai credo : que chacun professe l’Unité de façade du bien nommé ‘palais d’Etoudi’, en pensant beaucoup plus à son Progrès personnel, derrière le bon vernis de la Démocratie, en souffrance éternelle à Camaroes, la rivière des crevettes – et non le pays des Hommes et des Femmes doués de la raison». Tchuip!
Nous avons bien voulu, en effet, par ce rappel, «renouveler la peinture blanche» sur les balises de notre présente réaction à la toute dernière sortie de Jfn, intitulée : «l’âge n’est pas un critère dégressif d’efficacité». Ballade intellectuelle, s’il en est une, formellement inspirée par le récent parachèvement, en pays maghrébin, du retour à la démocratie. Tenez!
Résultat des urnes à Tunis : 55,68% des voix contre 44,2%. Sur le podium d’honneur — Caïd Essebsi, 88 ans!
Le nom et l’âge du nouveau Président de la Tunisie. Démocratiquement élu!
Meilleur choix, au propre et au figuré, du peuple tunisien, en cette fin d’année 2014.
Connaissant les penchants du Minesup, en l’occurrence, sa quête permanente des moindres éléments de justification de son «sommier politique», nous savions bien que, d’ici peu, le chancelier des ordres académiques remontera au filet! Le voici, en effet!
- Pourriez-vous, cher Jfn, au-delà de la polémique des âges que vous osez actionner, en dissimulant aussi grossièrement certaine sournoise volonté de maintenir en nos veines l’anesthésiant amalgame, par ces colonnes publiques, aussi lâchement fermées à certaines intelligences redoutées et fichées, comment prouveriez-vous, cher Jfn, que le 06 novembre 1982 (samedi), c’est du providentiel chapeau dénommé la ‘magie des urnes’ qu’à l’instar du vieil homme Essebsi, le peuple camerounais, dans l’exemplarité de l’exercice de son intangible souveraineté, aurait placé Paul Biya, 49 ans, à son présent et prestigieux gouvernail?
En attendant quelque réponse, dotée de sens, merci d’avoir, en passant, citer le regretté Godwé, directeur général de la Sotuc (1986), nommé à 23 ans. Et Jean-Baptiste Baskouda, fils adoptif de Baba Simon, en cours de béatification, directeur adjoint du cabinet civil (1991), à 30 ans.
Mais alors, quelle rareté d’oiseaux en la vieillesse avérée de votre croulant sommier — cf. la toute récente présentation des vœux — ayant en date dépassé le cap des 33 ans!
Exceptions véritables pour confirmer votre règle d’inertie gérontocratique, non!
Refaisons, à ce niveau, si vous le voulez bien, le petit «gros plan» sur la catastrophe étalée de votre sinistre bilan.
Revenons, pour ce faire, sur la poignance du propos de l’honnête citoyen, de regrettée mémoire, qui, en octobre 2004, à l’ouverture de sa conférence de presse à l’Hôtel Franco de Yaoundé, lançait ce qui suit à des journalistes médusés : «Ne demandez pas de bilan à ma génération! (dixit f. Augustin F. Kodock)».


Daniel Boo, Président du GP/RDMB                       
Groupe des patriotes Rudolf Duala Manga Bell       





Actualité

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.